La dernière course

« Je m’appelle Layla et j’adore courir. Heureusement pour moi, mon père m’amène souvent avec lui.

Depuis près de 11 ans, nous explorons tous les deux les sentiers dans la forêt ou les «pits» de sable des alentours . C’est un entraînement exigeant mais que j’adore. Me sentir libre dans la nature à ses côtés est chaque fois un moment de pur bonheur. Il n’y a rien pour me rendre plus heureuse. Lui et moi, on se regarde, et sans rien dire on se comprend. Je suis fatiguée au retour quelques fois, mais je suis toujours la première prête à recommencer au prochain entraînement.

J’aime le bruit de nos courses sur les sentiers, les feuilles et les branches qui craquent, les petits ruisseaux qui coulent et nos respirations accélérées qui témoignent de nos efforts. J’aime l’odeur de nos courses, la verdure qui se chauffe au soleil, la terre humide quand il pleut, le vent d’automne annonciateur de l’hiver imminent ou la boue qui amène le printemps. Ces courses, ce n’est qu’une fraction de ce que lui et moi partageons ensemble. Il est la personne la plus importante dans ma vie, mon grand complice.

Je m’appelle Layla et j’adore courir. Mais 11 ans dans la vie d’un chien c’est beaucoup de temps. Je suis trop fatiguée et mon corps ne suit plus mon coeur. Le premier septembre 2014, j’ai fait ma dernière course. J’ai eu une vie extraordinaire parce que j’ai été aimée chaque jour. Onze ans, c’est au moins 4015 jours de câlins à l’entendre me dire combien j’étais une bonne fille. Si c’est ça une vie de chien, tout le monde devrait y avoir droit.

Maintenant que je me repose, je parcours, légère, les sentiers où nous avons courus tous les deux. Les bruits et les odeurs que j’ai tant appréciés continuent de m’accompagner. Je sais que pour lui ce ne sera plus jamais pareil. Je suis désolée de devoir partir, mais je suis certaine qu’il sait à quel point je l’ai aimé aussi. C’est cruel que ce qui nous apporte les plus grands bonheurs dans la vie doive aussi nous amener les plus grandes peines. Je suis reconnaissante qu’il ait pris cette chance d’avoir un jour le coeur brisé à cause de mon départ, car c’est ce qui m’aura permis de connaître la vie la plus merveilleuse qu’un animal de compagnie puisse espérer. »

scan

Layla, en visite chez moi.

Ce fut un grand bonheur de t’avoir dans notre vie belle fille, et un honneur d’avoir passé ces derniers instants en ta compagnie. «Ma tante» Nath va beaucoup s’ennuyer, toujours.

 

Publicités

A propos agirlrunning

just an ordinary girl on an extraordinary running journey
Cet article a été publié dans Mes écrits. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La dernière course

  1. Brigithe leduc dit :

    Je comprend et partage tellement votre peine puisque j’ai moi meme perdu mon fidele ami des 15 dernieres annees.Ma peine est immense surtout quand je pense a ses derniers instants mais lorsque je pense a la globalité de notre vie ensemble,je suis heureuse,il as eu une bonne vie de chien,as ete aimé,soigné,dorloté et ce jusqu’a la fin.c’est une pensee qui me rend remplie de joie!vous avez toute ma sympathie ainsi qu’au père de ce bel ange :-))

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s