La petite nageuse

Avec chaque nouvelle première expérience vient son lot de souvenirs. C’est une façon pour le cerveau de lier les couleurs, les sons, les goûts, les sensations et les odeurs à une expérience vécue pour en faire un film permanent, heureux ou malheureux, qui refait surface de temps à autres. Personne ne peut passer à côté d’une première expérience dans sa vie, la liste peut en être infinie. Le premier jour d’école, la première fois qu’on fait du vélo sans les petites roues, le premier amour, le premier baiser, la première fois qu’on prend l’avion, la première grossesse, le premier marathon, le premier triathlon…

Ma filmographie en matière de premières expériences est assez bien garnie, et j’ai la ferme intention de continuer à y ajouter plusieurs courts métrages jusqu’à la fin de mes jours. Le plus récent film relate l’histoire de mon premier triathlon dimanche passé à Magog, et je dois avouer qu’il comporte de nombreux passages très marquants. Depuis quelques jours, chaque fois que je rejoue ces images dans ma tête, il y a un bout de l’histoire qui refait surface sans cesse et qui m’émeut chaque fois. Étrangement, c’est un moment qui n’a rien à voir avec ma propre course…

Après avoir terminé notre triathlon, mon chum et moi sommes restés sur place pour assister au triathlon de deux beaux enfants, Charles 7 ans et Cammy 11 ans. Deux belles petites personnes, ainsi que leurs parents, que nous avons la chance de côtoyer dans notre quotidien. J’étais très émue de les voir entrer dans le même impressionnant lac que je venais de braver quelques heures plus tôt. Leurs sourires derrières les médailles témoignant de leur accomplissement étaient bien contagieux. Quelle belle relève!

Alors que notre petit Charlot venait de quitter en préparation de sa natation, j’ai entendu une femme près de moi demander à une petite fille si elle allait faire son premier triathlon. Et la petite de répondre qu’elle en était à sa deuxième présence à Magog. Je me suis retournée pour la regarder. Elle était au milieu de la vague des petites filles de 7 ans qui se préparaient à faire leur course après les garçons. Une parmi un groupe de petits maillots de bain rose, de froufrous, de swim-aids et de petites lunettes fleuries. Elle sortait du lot pourtant cette petite cocotte, puisqu’elle se promenait du haut de ses 4 pieds sur une jambes artificielle. Une petite compétitrice tout près s’est écriée: «Regarde maman, elle a un pied en plastique elle!» Mais notre principale intéressée n’a même pas tourné la tête, elle en avait sûrement déjà entendu bien d’autres. Une boule d’émotions m’est montée à la gorge en même temps qu’un élan de fierté pour ce petit bout de femme qui ne se formalisait pas d’une jambe manquante pour savoir ce qu’elle pouvait accomplir. La voir s’élancer pour son 500m de course final avec un grand sourire et ses adorables petits souliers colorés, voilà l’image qui rejoue sans cesse dans ma tête depuis dimanche.

À toi petite championne qui aura croisé ma vie l’instant de quelques minutes, je dis merci. Tu ne le sauras probablement jamais, mais tu m’as donné une leçon de persévérance et de volonté que je transporterai avec moi longtemps. Chaque fois que j’entendrai quelqu’un dire «Je ne peux pas courir parce que j’ai mal ici ou là..» je penserai à toi avec le sourire. Si jamais l’idée de me plaindre à l’entraînement me prenait, je te promets de réveiller le souvenir de ton adorable look de petite nageuse pour me faire taire et avancer. Bravo aussi à tes parents qui ne doivent pas te surprotéger et qui te laissent poursuivre tes désirs. Alors que cette journée devait être bien égoïstement à propos de moi et mon premier triathlon, c’est l’image de ton sourire et de tes élans qui refait surface le plus souvent. Avec chaque première expérience vient son lot de souvenirs. Avec mon premier triathlon viendra toujours le souvenir d’une toute petite demoiselle qui m’aura donné une très grande leçon.

Publicités

A propos agirlrunning

just an ordinary girl on an extraordinary running journey
Cet article a été publié dans Mes écrits. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La petite nageuse

  1. Monique Boissonneault dit :

    Touchant et inspirant! Je retiens la leçon. Merci de nous partager ce moment de grâce. Vous le faites très bien.

  2. Vuillemin dit :

    Bonjour Nathalie !

    Ton article « la petite nageuse » est très inspirant; merci pour lui !

    Sinon, j’ai lu en diagonale ton site, et hasarde la suggestion suivante : pour des expériences de courses royales, les « trails blancs » devraient te plaire (Trail blanc = course sur neige, généralement de la neige damée).
    Il y en a sûrement au Can.; une référence en F. dans les Alpes :
    https://www.facebook.com/media/set/?set=a.558113827555273.1073741836.301845629848762&type=1

    Continue à courir & être sympa !

    Gérard-Marie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s